Actualité et perspectives

Tout au long de ma formation universitaire, j’ai orienté mon travail de recherche sur les discriminations – tous critères confondus – et les inégalités autour de diverses thématiques dont les principales étaient l’Aide Sociale à l’Enfance, l’Action Sociale et les Politiques de la Ville alors que mon engagement associatif s’intéressait quant à lui plus spécifiquement à la stratification sexuelle et de genre ainsi qu’aux problématiques éthniques.

L’objectif des prochains paragraphes est de présenter mes travaux qui posent les bases et ouvrent des pistes en vue de futurs projets de recherche. Par ailleurs, je m’efforcerai de donner du sens et de montrer la cohérence de ma démarche.

Processus de socialisation et de création des identités dans le rapport au travail pornographique 
Thèse – En cours

Depuis plusieurs années, étant intéressé par les questions de stratifications sexuelles et des stigmatisations qu’elles pouvaient engendrer, j’ai été particulièrement étonné par les points de clivages, parfois violents, qui émergeaient des échanges sur le travail sexuel. Le plus troublent fut ce deux poids deux mesures flagrant entre prostitutions et pornographie.

En inscrivant ce travail de recherche dans une théorie générale sur la sexualité, distincte des analyses féministes, notamment en rompant avec l’hétérogénéité de la catégorie « travailleurs du sexe » et en mettant à jour l’organisation des différentes entreprises pornographiques, ce projet vise développer des outils méthodologiques adaptés à l’analyse du travail sexuel et de ses processus spécifiques de socialisation, d’interaction, et de formation des identités, individuelles et collectives. Il est à noter qu’il n’existe à ce jour que très peu de travaux de recherche sur les conditions d’exercice des travailleurs et travailleuses du sexe dans l’industrie pornographique. Au-delà, ce projet a aussi pour ambition de questionner les philosophies de l’identité et de l’érotisme, ainsi que le traitement social et politique de la sexualité.

C’est le caractère socialisateur du travail qui a permis à Sainsaulieu d’identifier des groupes professionnels dont la constitution s’explique largement à partir des places occupées dans la division du travail. Dans L’identité au travail (Presses de Sciences po, 1977, réédition 2000), il avance l’idée que la sociologie des organisations met en évidence que la rationalité des acteurs n’est ni purement économique ni purement affective, qu’elle correspond à la volonté et à la capacité à définir les règles de l’organisation ou à s’y soustraire. La dimension culturelle est donc essentielle, et impacte les processus identitaires en fonction des moyens dont disposent les individus pour obtenir la reconnaissance d’autrui. Sa formalisation de quatre idéaux-types1 des identités au travail, qui fut poursuivi dans les années 80 par le sociologue Claude Dubar2, doit être nuancée. En effet, son analyse des associations montre que son cadre analytique n’est que peu pertinent. Par exemple, le travail des animateurs socioculturels se comprend mieux à travers l’examen de leur activité professionnelle que par l’étude de leur association de rattachement3. Ainsi le manque de Sainsaulieu semblerait être la non-mise en lien entre le métier, et le contenu de l’activité.

Dans ce cas, comment le cadre général d’une théorie de la sexualité (Rubin, Foucault, Week, etc.) permet d’analyser les conditions de travail des pornographes et influence ainsi en retour les processus de socialisation et de création des identités au sein des métiers de la pornographie ?

En prolongement de la formation pluridisciplinaire du Master Égalité, Inégalités et Discriminations, la sociologie principalement mais l’économie et le droit seront mobilisées. Les outils documentaires et qualitatifs formeront l’essentiel des méthodes retenues et semblent pertinentes afin d’atteindre les objectifs proposés.

Notes 

  1. Ces idéaux-types sont : le modèle fusionnel, affinitaire, négociant, de retrait
  2. C. Dubar, La Socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, Armand Colin, 1995
  3. R. Sainsaulieu et JL. Laville, Sociologie de l’association, Desclée de Brouwer, 1998

Identité plurielle, discrimination unique – Approche intersectionnelle et démarche participative dans l’action sociale
Mémoire de master – 2014/2015 – note obtenue 18/20

Suite à mon mémoire de master 1 qui portait sur l’analyse des processus discriminatoires au sein de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE), j’ai choisi de m’intéresser plus largement à l’Action Sociale. C’est pourquoi, j’ai poursuivi cette analyse en participant aux activités d’un Centre Social et Culturel. Je me suis plus particulièrement attaché à examiner, au prisme d’une approche intersectionnelle, la mise en œuvre des politiques publiques, visant à promouvoir l’investissement et l’empowerment des usagers, en cherchant à les faire dialoguer avec les politiques de luttes contre les discriminations. Mon analyse visait à étudier le degré de mixité sociale et ethnique du quartier et à le comparer à la fréquentation de la structure afin de réfléchir aux conséquences que pouvaient avoir les discriminations liées à l’appartenance sociale, religieuse, ethnique et de genre dans les pratiques, conscientes ou inconscientes, des travailleurs sociaux. Lire la suite…

Inégalités et discriminations au sein de l’Aide Sociale à l’Enfance
Mémoire de maitrise – 2013/2014 – note obtenue 19/20

Au cours de mes activités associatives et professionnelles, j’ai été confronté à l’institution de l’Aide Sociale à l’Enfance qui est venue remplacer les dispositifs de la DDASS. Les représentations véhiculées par l’assistance ont grandement influencé les pratiques. Lire la suite…

 

 

Sources pour la Thèse :

  • Foucault M., Histoire de la sexualité, la volonté de savoir, tel Gallimard, 1976
  • Dubar C., La crise des identités. L’interprétation d’une mutation, Paris, PUF, 2000
  • Dubet F., Les inégalités multipliées, La Tour d’Aigues, Édition de l’Aube, 2000
  • Marcuse H., Eros et Civilisation, Paris, Les éditions de Minuit, 1955
  • Rubin G., Surveiller et jouir, anthropologie politique du sexe, Paris, EPEL, 2010
  • Sainsaulieu R., L’identité au travail. Les effets culturels de l’organisation, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences politiques, 1977
  • Trachman M., Le travail pornographique, enquête sur la production de fantasmes, Paris, La Découverte, 2013
  • Weeks J., Sex, Politics, and Society : the regulation of sexuality since 1800, New York, Longman, 1981

Laisser un commentaire

(*) Requis. Votre adresse électronique ne sera pas publiée.